Du 18 au 26 août 2015: Kia Ora Aotearoa*!

*Bienvenue en Nouvelle-Zélande (en maori)

A la découverte de la capitale, Auckland

Après une pause réparatrice dans nos familles, Voyage en Marche continue… Tout d’abord, on vous doit une petite explication sur notre changement de programme. Eh oui, comme vous le savez nous avions initialement le projet de partir au Kirghizistan après notre périple en France avec nos chevaux. Nous avons malheureusement pris la décision de renoncer à cette partie du voyage en raison d’un manque de temps pour s’organiser correctement. Lors de la première partie de notre aventure, il était difficile de prévoir avec exactitude le temps nécessaire pour voyager avec nos chevaux de Charente jusqu’en Ariège. Nous voulions aussi ne pas nous imposer de date butoir ; c’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous n’avons réserver aucun billet d’avion à l’avance. Notre première étape s’est révélée passionnante et nous n’avons nullement eu l’envie de nous presser sur le chemin. L’aventure nous a appris à nous laisser porter par l’imprévu et à nous adapter. Elle nous a aussi enseigné la lenteur et le fait d’apprécier pleinement les choses au lieu de chercher à vivre toujours plus d’expériences, toujours plus vite. Nous aurions pu nous rendre au Kirghizistan pour quelques semaines seulement, mais cela ne nous satisfaisait pas. Nous avons préféré rester en France plus longtemps, vivre jusqu’au bout ce beau périple avec Sultan et Rahan.

Statut Maori à l'entrée du Stade Eden Park

Statut Maori à l’entrée du Stade Eden Park

Le 18 Août 2015, dans la soirée, nous avons donc décollé de Roissy pour Auckland. Le voyage a duré 30h : 25h de vol, 3h30 d’escale à Dubaï et 1h30 à Brisbane en Australie. Nous avons atterri à Auckland le Jeudi 20 Août à 14h heure locale soit (4h du matin heure de Paris). Ce fut donc un très très long voyage. Mais bon, quand on y pense Auckland est quand même à 18 550 km de Paris, on peut pas faire beaucoup plus loin! Nous retrouvons, comme convenu, Alan, notre hôte chinois, qui nous attend à l’aéroport pour nous amener chez lui, enfin plus exactement dans une des trois maisons qu’il gère en location de chambre sur le site internet Air Bnb. Business is business. Nous sommes contents d’avoir prévu une semaine de pause à Auckland avant de reprendre la marche car figurez-vous qu’on ne récupère pas comme ça de 10h de décalage horaire. L’organisme est mis à rude épreuve. Pendant au moins 3-4 jours, on ne se sent pas vraiment en pleine possession de nos moyens et le plus souvent, on a l’esprit complètement embué. Cette semaine est donc consacrée à l’adaptation à ce nouveau rythme mais aussi, bien-sûr, aux premières découvertes de ce pays dans lequel nous allons vivre pendant les cinq prochains mois. Nous en profitons aussi pour achever les derniers préparatifs avant d’attaquer le Te Araroa trail.

Les commerces à Auckland

Les commerces à Auckland

Immeuble d'Auckland

Immeuble d’Auckland

Aukland est une ville très étalée avec de nombreux quartiers éloignés les uns des autres. Cette organisation est assez agréable car elle donne une impression de ville à taille humaine bien que ce soit une capitale avec 2 millions d’habitants. L’hyper-centre d’Auckland est un ensemble architectural très contemporain fait de quelques buildings autour de la tour emblématique, la Skytower, l’équivalent de notre Tour Eiffel, qui culmine à 328 mètres. C’est une ville moderne mais l’on ne s’y sent pas du tout oppressé par le béton. Au contraire, la présence de l’océan et la multitude d’espaces verts donne une atmosphère très plaisante. Le port de commerce vit au rythme d’une activité intense. Les cargos et les camions vont et viennent en un ballet incessant. C’est amusant de voir les énormes grues décharger les containers multicolores des ventres béants   de ces géants de la mer.

Les containers du port d'Auckland

Les containers du port d’Auckland

Vue sur le ponton de Okahu

Vue sur le ponton de Okahu

La population d’Auckland est résolument cosmopolite. On constate qu’une grande majorité est d’origine européenne, surtout britannique, mais il y a aussi de grandes communautés maoris, polynésiennes et asiatiques. L’identité culinaire de la capitale est à l’image de sa population: multi-ethnique. On peut manger de tout et à toute heure. Ce n’est pas pour ainsi dire de la grande gastronomie mais au moins le plaisir avec la « street food », c’est qu’on peut goûter un peu à tout. On ne trouve pas de petits commerces artisanaux pour l’alimentation. Nous n’avons pas vu de boucher, ni de boulanger, pas même de caviste ou de fleuriste. Les habitants achètent beaucoup de plats préparés en vente à emporter ou se ravitaille dans les supermarchés. Heureusement, quelques marchés permettent de s’approvisionner en produits frais locaux, notamment en légumes et fruits, et en poissons et fruits de mer. Nous sommes curieux de savoir si ce mode de consommation est le même en zone rurale.

Auckland vu du Mont Eden

Auckland vue du Mont Eden

En bateau vers Rangitoto

En bateau vers Rangitoto

La côte de lave de Rangitoto

La côte de lave de Rangitoto

Plage de Rangitoto

Plage de Rangitoto

Vue en haut du cône du volcan de Rangitoto

Vue en haut du cône du volcan de Rangitoto

Auckland est bâtie sur une zone volcanique qui compte plus de cinquante volcans éteints, enfin plus exactement « endormis » à ce jour. Nous nous sommes d’abord rendus au Mont Eden, un lieu sacré pour les Maoris. Du haut de ses 196m, il offre une vue surplombante sur la ville et toute la baie. Rangitoto, le plus jeune volcan du pays (environ 700 ans) fait lui partie du paysage incontournable d’Auckland. On peut s’y rendre en vingt minutes en ferry depuis le centre. Rangitoto est en fait une île volcanique inhabitée où se dresse au milieu le cône du volcan. Après une heure de marche, nous avons pu admirer le cratère et la flore primitive de l’île. La nature a réussi à s’installer sur ce caillou  tout noir sans terre où affleure la lave refroidie. Les veines de laves ont dessiné un terrain d’exploration hors du commun. L’espace d’une journée, nous avons apprécié nous mettre dans la peau de deux robinsons crusoés et partir à la découverte des quelques grottes formées par les caprices du volcan.

Eden Park

Eden Park

Entrée de l'Eden Park

Entrée de l’Eden Park

Supporter d'Auckland

Supporter d’Auckland

Enfin, La Nouvelle-Zélande ne serait pas la Nouvelle-Zélande sans son sport favori: le rugby. Une visite du mythique stade d’Eden Park s’imposait évidemment. Nous avons été voir un match opposant l’équipe d’Auckland et celle de Taranaki. Ambiance familiale et populaire.

Auckland est une ville très anglo-saxonne. Le mode de consommation « à l’américaine » a tendance à standardiser le mode de vie et l’identité de la capitale. Néanmoins, on ressent un profond respect pour la culture Maorie. Nous sommes curieux de mieux découvrir l’authenticité de ce pays et son identité propre. Traverser à pied le territoire pendant cinq mois devrait nous donner un bon aperçu des coutumes locales.

Le port de commerce d'Auckland

Le port de commerce d’Auckland

Le cloud construit pour la coupe du monde de rugby 2011

Le cloud construit pour la coupe du monde de rugby 2011

La vidéo d’une partie de la découverte d’Auckland et de Rangitoto :

 

Commentaires de Facebook

Commentaires du site

  1. Marjorie
    Répondre

    Que de souvenirs… Pays magique et envoutant, le seul risque étant de ne plus vouloir le quitter ! Profitez-en bien !
    Merci pour ces toujours aussi belles photos, bonne marche à vous.

  2. segault
    Répondre

    Quand est-ce que vous nous montrez des moutons… Avoue, c’est pour ça que vous avez anticipé, ça vous manque…
    Blague à part, vous nous faites une petite intro sur ce qui vous attend ces prochaines semaines…
    Amusez-vous bien.

Poster un commentaire

CommentLuv badge