Du 11 au 16 Janvier 2016 : De Wanaka à Queenstown 90 km

Plongée dans les contrées historiques de la ruée vers l’or

Ombre et lumière

Ombre et lumière

Traversée de ruisseau

Traversée de ruisseau

Nous partons de Wanaka en direction du Motatapu track. Ce chemin ouvert en 2008 par l’ex-premier ministre de la Nouvelle Zélande, Helen Clark, est particulièrement engagé d’après le DOC. Le tracé serpente en effet dans différentes vallées très accidentée pour terminer le long de la Arrow river, un lieu chargé d’histoire qui a vu affluer de nombreux chercheurs d’or au XIXème siècle.

Beau paysage pour une bonne viande

Beau paysage pour une bonne viande

Pedro en marche le long de la rivière

Pedro en marche le long de la rivière

Sophie observe les fleurs de Manuka

Sophie observe les fleurs de Manuka

Fleurs de Manauka

Fleurs de Manauka

Manuka

Manuka

Le Motatapu track nous emmène le long de la rivière Fern’s Burn à travers les prairies de la station (ferme de plusieurs milliers d’hectares) locale. Les moutons Merinos se trouvent dérangés par notre passage et se sauvent au moindre bruit, tandis que nous croisons quelques taureaux de race Angus qui paissent tranquillement et semblent à peine étonnés. Nous entrons dans un environnement nouveau. Dans cette partie du Sud de l’Otago, les montagnes sont très ramassées. Les pentes, particulièrement abruptes, s’inclinent dans tous les sens. Des sommets, des arêtes et de nombreux cols nous attendent. Lorsque nous atteignons un point de vue suffisamment haut, nous observons le relief accidenté de ces monts dentelés comme sculptés. La nature découvre à chaque passage de col ses plus beaux atours. Chaque journée de marche nous demande d’affronter entre 1 000 et 2 000 mètres de dénivelés positifs et négatifs ce qui nous vaut le soir quelques courbatures musculaires et tensions dans les genoux. Le Motatapu track ne dépasse jamais 1 300 mètres d’altitude mais le terrain, très accidenté, s’étend le long des arêtes, des crêtes ou à flanc de montagne sur des sentes particulièrement étroites et raides. Ce type de tracé offre des vues splendides sur les montagnes du massif mais il nous oblige à être vigilant tout au long de la journée.

Manuka

Manuka

Fern Burn Hut

Fern Burn Hut

Toilette de chat

Toilette de chat

Paysage de Motatapu

Paysage de Motatapu

Nous atteignons la rivière Arrow sous une pluie fine qui ne nous quittera plus jusqu’à la fin de cette portion. Depuis le sentier, nous apercevons les campements des derniers chercheurs d’or du secteur. Quelques passionnés nostalgique s’adonnent encore à la prospection. C’est en 1865 que William Fox, un irlandais, découvrit en premier de l’or dans cette vallée. Après cette date, de nombreuses personnes se sont lancées à la quête du précieux minerai. Rapidement, trois frères néo-zélandais, John, Charles et Harry Mace s’installèrent à la jonction entre la rivière Arrow et le ruisseau 12 Mile. Il créèrent le village de Macetown, une ville fantôme aujourd’hui, qui compta à l’époque près de 300 habitants, une école, une église et deux hôtels. La vallée entière a hébergé environ 1 500 personnes au temps fort de la ruée. Cette activité aurifère, couplée à la déforestation massive pour introduire l’élevage du mouton Merinos, a fortement modifié le paysage. De nombreux animaux ont aussi été introduits de la main de l’homme et sont devenus des espèces invasives : opossums, chats, furets, lapins, cervidés et chèvres. Tous ces bouleversements ont fragilisé l’écosystème. Des pans entiers de montagnes glissent dans la vallée. Le vent et la pluie erodent le peu de terre encore disponible à la surface. Aujourd’hui, seules quelques ruines du village de Macetown rappellent la présence humaine. Cette vallée entière, une surface de 53 000 hectares tout de même (l’équivalent du territoire de Belfort), appartient désormais à un investisseur Suisse (station de Mahu Whenua). Il a décidé de reboiser, de favoriser la biodiversité par des actions de gestion de la faune, de réimplantation de flore autochtone tout en utilisant une partie de la vallée pour l’élevage. La nature reprend ses droits petit à petit. Voici un projet ambitieux qui allie parfaitement pratiques agricoles et amélioration du milieu naturel. C’est suffisamment rare pour être souligné.

Bivouac sur fern burn

Bivouac sur fern burn

Marche sur les crêtes

Marche sur les crêtes

Highland creek hut

Highland creek hut

Contemplons le paysage

Contemplons le paysage

Voici la vue à contempler

Voici la vue à contempler

Nous terminons cette étape par 18 kilomètres de marche les pieds dans la rivière Arrow ce qui nous laisse largement le temps d’apprécier la vie des chercheurs d’or de l’époque. Le chemin traverse une bonne cinquantaine de fois cette eau froide. Russel, un des responsables de la station Mahu Whenua nous croise en route et nous offre une place sur son quad pour nous épargner les quelques kilomètres restants. Il nous invite ensuite à prendre un café chez lui. Sa femme nous accueille chaleureusement et nous fait goûter son fameux et délicieux Christmas Cake, un gateau très riche à base de raisins secs et de fruits confits, parfait pour les marcheurs affamés que nous sommes. Russel prend le temps de nous expliquer le projet de préservation des espaces naturels, engagé par le propriétaire de la ferme. En Nouvelle-Zélande, les consciences s’éveillent et de nombreuses actions sont menées en faveur de l’environnement dans le monde agricole.

Avant ils marchaient avec ça

Avant ils marchaient avec ça

Au moins ça crochait

Au moins ça crochait

On va là-bas

On va là-bas

Encore des crêtes

Encore des crêtes

On a marché sur les crêtes

On a marché sur les crêtes

 

En son et en image …

Commentaires de Facebook

Commentaires du site

  1. Jean-Louis VOLLIER
    Répondre

    Bonjour les amis,
    Sympa l’ambiance de chercheur d’or de cette étape ! mais j’ai été plus attiré par les fleurs de manuka dont j’ai découvert et apprécié le miel en 2010….
    PA, j’ai bien repéré ton bronzage de cycliste professionnel….mais tu m’as bien expliqué pourquoi !
    Sophie, quelle facilité pour franchir tous les obstacles des parcours : on a l’impression que rien ne peut t’arrêter et toujours…avec le sourire !
    Chapeau pour le projet de cet investisseur suisse ! je suis toujours marqué par ces montagnes, à pente raide sans arbres, que seuls les Mérinos peuvent entretenir, mais il est temps qu’ils limitent le nombre de moutons et qu’ils plantent pour éviter les glissements de terrain de plus en plus présents !
    Quelle température avez-vous ? dans le sud de l’Ile du sud, on dit que le climat est de type continental ?
    Allez, bon vent et en attendant le plaisir de vous lire à nouveau…
    Amitiés
    Jean-Louis

Poster un commentaire

CommentLuv badge