2ème semaine : De Chatelus-Le-Marcheix (23) à Liginiac (19)

La traversée du plateau de Millevaches 171 kilomètres

Chatelus Le Marcheix, petit village pittoresque marque notre entrée dans le département de la Creuse. Nous avons campé la veille sur le terrain municipal situé juste avant le bourg. Sultan a du mal à se réveiller ce matin. Il grapille quelques minutes supplémentaires de repos, réchauffé par les premiers rayons de soleil. Nous n’avons pas le coeur à le réveiller trop brusquement et nous commençons par seller d’abord Rahan. Le gros Sussu finira par daigner se lever peu de temps après.

Sultan et Rahan de Lasserre

Sultan et Rahan de Lasserre au départ de Chatelus le Marcheix

Sophie et Sultan

Reveil difficile pour Sultan il faut masser les papattes

Pedro et Rahan

Pedro et Rahan sur le GRP d’Augerolles

C’est parti pour notre deuxième semaine de marche! En descendant dans le bourg, nous rencontrons Monsieur le maire. Il est content de nous voir car cela lui rappelle de bons souvenirs. Il y a quelques années, en effet, il avait lui aussi pris la route avec sa jument Mérens pour un long voyage à pied et à cheval. Il quittait alors son ancienne vie dans les alpes où il était éleveur de vaches laitières, pour rejoindre Chatelus-Le-Marcheix. Il nous raconte avec enthousiasme sa belle traversée. Maintenant devenu maraîcher bio et élu maire de son village l’an passé, il a entrepris de redonner vie à son village. Il a déjà réouvert le bar-épicerie-dépôt de pain en créant une association où ceux qui le souhaitent peuvent à tour de rôle venir animer le lieu. Nous y prenons  cafés et pains au chocolat avec les villageois, curieux de rencontrer deux voyageurs à cheval. L’ambiance est joyeuse, il fait bon vivre à Chatelus. Cela nous rappelle notre bar de village à Esse, la Brasserie des Chabannes, c’est la même atmosphère. Mais ce n’est pas tout, le maire a aussi mis en place une restauration collective à partir de produits locaux et de légumes biologiques, il a aussi ouvert une bibliothèque où les anciens viennent en fin d’après-midi faire la lecture aux petits qui sortent de l’école. Que de beaux projets… Cette rencontre nous laisse penseur. Il y a certainement de bonnes idées à piocher.Nous continuons notre route. Après Chatelus, nous passons par Bourganeuf. En chemin, nous rencontrons Patrick et ses deux filles qui nous invitent pour l’apéro. Patrick est un agriculteur à la retraite. Toute la famille est passionnée de chevaux et de randonnée. Tous les ans, ils accueillent, au gré des rencontres, les randonneurs de passage à pied ou à cheval. Nous apprécions cette petite pause inattendue puis, dans l’après-midi, nous chevauchons sur le GRP des cascades, des landes et des tourbières d’Augerolles.

Pedro et Rahan

Pedro et Rahan dans la rivière des cascades d’Augerolles

Balisage GRP d'Augerolles

Balisage du GRP d’Augerolles

Le moulin de Faux la Montagne

Le moulin de Faux la Montagne

Le sentier est bien balisé et nous pouvons mieux comprendre la géographie des lieux grâce à des panneaux d’informations. Voici ce qu’on peut y lire: « La montagne limousine entre 600 et 980 mètres d’altitude se caractérise par une mollesse des formes et des dénivellations modestes qui s’explique par une lente altération de la roche granitique. On peut y observer de nombreuses collines, des vallons en berceau et des vallées larges subitement rétrécies. Les cuvettes, lentement façonnées, portent le nom d’alvéoles avec au centre un espace plat composé de prairies humides appelées pâtureaux, ribières ou sagnes, et au milieu desquelles coulent un ruisseau. Ces milieux sont pâturés par les bovins. En périphérie, les replats accueillent les habitations. »

Lac de Chammet

Lac de Chammet

Ferme sur le plateau de Millevaches

Ferme sur le plateau de Millevaches

Après un ravitaillement à Royères de Vassivières, nous longeons la rive Est du Lac de Vassivières un jour plutôt maussade. Tant pis, la baignade, ce sera pour une autre fois. La traversée du barrage de Chammet offre une magnifique vue sur la retenue d’eau. Nous retrouvons un temps ensoleillé pour la traversée du plateau de Millevaches bien que les températures soient très fraiches. Ils gèlent presque tous les matins et il faut du courage pour s’extirper du duvet et du cocon réconfortant de la tente pour préparer les chevaux. La Corrèze a un climat rude mais c’est un plaisir de cheminer au travers ses paysages authentiques. Les étapes s’enchainent : Faux la Montagne, puis Meymac, où les chevaux s’abreuvent à la fontaine pas très loin de l’imposante abbaye qui date du 12ème siècle. Vers Liginiac, nous faisons étape chez un éleveur de veau sous la mère du Limousin. Tout se fait à l’ancienne : les crèches sont en bois, ça sent bon le foin. Les vaches portent des cloches, ce qui plaît beaucoup à Rahan et Sultan, nostalgiques de leurs montagnes ariégeoises. Nous dormons sous un pommier dans un joli petit pré fleuri. Le lendemain matin, nous acceptons volontiers de prendre un café avec l’éleveur et ses parents car il fait seulement 2 degrés dehors. Nous discutons bien-sûr de vaches, d’agriculture, de réforme de la PAC, de la pluie et du beau temps, tout en buvant un litre de café et en avalant une tonne de petites madeleines offertes par la mamie, trop contente d’avoir des hôtes à gaver.

Abbaye Benedictine Saint André de Meymac

Abbaye Benedictine Saint André de Meymac (Construite en 1146)

Sultan à la Fontaine de Meymac

Sultan à la Fontaine de Meymac

La Creuse et la Corrèze, c’est beau. La nature est brute et le climat un peu rude mais les habitants sont accueillants. Ils savent préserver leur patrimoine avec le goût de l’authenticité. C’est une belle découverte pour nous. Désormais nous pouvons dire que l’on connaît un peu mieux le Limousin.

Moulin du plateau

Moulin à eau sur le plateau de Millevaches rénové par les habitants

Voici la vidéo de cette deuxième semaine :

 

Commentaires de Facebook

Commentaires du site

  1. Marjorie
    Répondre

    Mille merci pour ces récits de voyage, de rencontres, de moments partagés. Une façon d’être un peu dans vos sacoches, à défaut d’oser partir soi-même ! Bravo à vous d’être partis, au plaisir de vous lire encore…
    Une caresse à Sultan et Rahan, bon cheminement à vous.

    • Pedro et Sophie
      Répondre

      Bonjour Marjorie. Oui il y’a une place pour chacun dans nos sacoches. Oser partir ce n’est pas compliqué il suffit d’avoir l’envie. Le voyage paraît difficile mais une fois que l’on y est c’est très sympa. A ton tour de partir et de nous faire voyager dans ton sac à dos ou tes sacoches. En attendant nous on continue de marcher et de partager.

  2. laure et gilles
    Répondre

    le 8 6 2015 suite à notre petite balade en vélo sur la route du Puy Mary, cette micro-rencontre bien sympa de ces deux chevaux et leurs cavaliers sur des échanges de quelques Mots. Une petite compote offerte et bonne route de bonheur A+ ( on vous suit sur votre site de temps en temps) gilles et laure

    • Pedro et Sophie
      Répondre

      Laure et Gilles nous avons apprécié l’échange avec vous, peut-être une prochaine rencontre qui sait sur un col des Pyrénnées… Ps Merci pour la compote

Poster un commentaire

CommentLuv badge